DELPHINE CAM NOUS PARTAGE CE TRÈS BEL ARTICLE SUR SA PRATIQUE DU CHANT ET DE LA VOIX :

En passant par le chemin de l’exploration de nos voix, nous nous rendons-compte que le chant n’est pas réservé aux musiciens et qu’il n’y a pas besoin d’être né chanteur pour chanter.

La voix intimement reliée au corps et à l’âme exprime notre être dans sa singularité et une expression libérée apporte du bien-être en ouvrant les vannes de l’énergie vitale.

Le chant peut être aussi une manière de se relier à sa propre intériorité, aux autres et à plus grand que soi. Bien que peu présente dans la culture occidentale de nos jours, la communion par le chant se retrouve dans de nombreuses formes de spiritualité.

Nous pouvons avec les outils qui sont à notre portée comme le cercle de chants improvisés, reconnecter avec cette dimension à laquelle l’abandon au son et au chant nous donne accès pour vivre la spiritualité ensemble et en pleine conscience de notre corporalité.

 » Ne dites point au poète : Qu’importent vos chants au monde ! — Car les chants du poète importent au monde ce qu’ils importent à Dieu quand il crée le poète.  »  

Félix Bogaerts

LE CHEMIN DE LA VOIX LIBRE

Je suis chanteuse et professeure de voix. Mon travail s’inspire des recherches du centre Roy Hart où je me forme à l’accompagnement depuis plusieurs années. J’y ai découvert une manière de me relier à mon corps lorsque je chante, et j’ai pu sentir à de nombreuses reprises des nœuds émotionnels anciens se délier en amenant de la conscience à mes mouvements, à mon souffle, à mon chant.

En même temps que de nouveaux espaces se sont offerts à ma voix, de nouveaux chemins pour l’expression de mon être entier se sont ouverts.

Il n’y a pas de « méthode Roy Hart », mais ce travail utilise beaucoup d’ images, de jeux théâtraux, la collaboration impliquant le physique, les jeux de miroirs… Peu d’outils techniques sont donnés pour « apprendre à chanter » mais une écoute très fine est demandée aux professeur-es afin que les chanteurs soient guidés à découvrir eux-même leur propre voix sans passer par trop d’explications alimentant le mental.

CHACUN PEUT TROUVER SA VOIX POUR PLUS D’ANCRAGE ET DE JOIE DE VIVRE

Depuis que j’accompagne des personnes en stage ou en séances individuelles, en venant à l’écoute de ces voix, non pas dans une attente d’esthétique mais dans une écoute de ce qu’elles ont d’unique et d’authentique, j’ai vu beaucoup de gens surpris d’entendre eux-même leur voix différemment.

Des personnes persuadées qu’elles ne pourraient jamais chanter commencer à l’écouter et l’aimer pour ce qu’elle est, un potentiel de créativité et d’expression de l’être, riche des empreintes de leur vie.

J’ai aussi pu constater sur la durée comme le fait d’entamer un processus de rencontre avec sa voix avait une réelle influence sur le bien-être hors du cadre du cours ou du stage. Des personnes ont témoigné de changements dans leur état d’ouverture au monde, de ce que ce travail apporte dans leur vie.

De manière générale par le son et le mouvement, nous nous incarnons plus sensiblement dans nos corps et le mental se pose, la joie d’être s’invite naturellement en ouvrant les cœurs, et augmente énergie et vitalité !

CHANTER POUR SE RELIER

Chanter fait partie de nos moyens d’expression les plus simples et peut être une réelle source de bien-être au quotidien, mais c’est loin d’être tout !

Chanter est bien plus que produire des notes, ça peut venir pour exprimer une émotion, ou une image, offrir un peu de ce qui nous anime de l’intérieur…

Chanter permet de sortir de « moi » pour se relier à « Soi ».

Dans mon histoire, ça a souvent été un moyen d’exprimer mon état intérieur, grande joie ou légèreté d’être, mélancolie, état de grâce, tristesse ou colère. N’oublions pas ce que contient le mot « Ex-Pression » ! Adolescente, j’ai souvent inconsciemment cherché à chanter sur des musiques qui exprimaient un fond émotionnel qui ne sortait pas par la parole, c’était une réelle soupape de sécurité.

Chanter c’est aussi se relier aux autres autrement que par le mode habituel de la parole.

Les chorales, les stages, les moments de retrouvailles avec les chants communs aux familles que l’ont ressort pour l’occasion, les soirées autour du feu, les karaokés, les cercles de chants sacrés ou autres, sont autant d’espaces propices au partage de la joie de vivre, à célébrer la vie.

LES CERCLES D’IMPROVISATION

J’ai pu expérimenter dans des ateliers ou sur des festivals comme le chant en certaines circonstances élève de façon presque palpable le « niveau d’énergie » des chanteurs et du groupe.

J’aime particulièrement les moments que j’appelle « cercles d’improvisation », qui demandent d’être pleinement présent à l’instant et dans l’écoute.

Lors des stages, je vais par étapes donner quelques clés pour pouvoir créer facilement un cercle rythmique et harmonique. Chacun devient une part de l’ensemble-base et peut s’il ou elle le souhaite « prendre le solo » et improviser sur cette base. On s’écoute, se répond, on joue avec les rythmes, les sons, les mots…C’est parfois très riche !

LA VOIX ET LE CORPS DANS NOTRE SPIRITUALITÉ

Et si cette énergie soulevée, envivancée, renouvelée, cette vibration ajustée du groupe était mise au service d’intentions de guérisons et de créations ?

Le chant n’a t’il pas été de tout temps et dans une multitudes de cultures un moyen pour se relier, « élever les prières », ou communiquer avec les esprits ?

Certaines populations du monde, ont encore l’expression par le chant assez ancrée à leurs coutumes, même si cela se fait de plus en plus rare avec « l’urbanisation des moeurs ». Dans la plupart des cultures animistes, la musique et la danse sont utilisés pour entrer en contact avec la divinité et les ancêtres et la plupart des rites religieux sont accompagnes de sons et de danses.

Notre culture occidentale est d’après moi, en manque de ces rituels qui permettent aux individus de se sentir reliés dans un sentiment d’unité, de se connecter à plus grand que soi. Et outre le sentiment de fédération qui donne du coeur à l’ouvrage et de la force pour affronter les difficultés, le chant apporte aussi un état d’abandon qui peut permettre cette reliance au divin.

Le christianisme s’étant imposé comme courant religieux de référence pendant plusieurs centaines d’années après avoir dépouillé nos cultures traditionnelles de tous les rites anciens de célébration et de communication avec le monde spirituel, son recul aujourd’hui laisse un vide dans notre culture qui semble prendre le contre-pied en s’enracinant dans la «laïcité ».

Nous sommes nombreux néanmoins sur le chemin d’une « quête spirituelle » dans laquelle le corps retrouve sa place. Nous cherchons dans les cultures dites « anciennes » ailleurs dans le monde, des rituels, des chants, des moyens d’abreuver cette soif de communion et nous ré-inventons notre propre culture spirituelle.

En habitant pleinement notre corps dans le chant ou la danse avec une intention de communion, il n’y a plus d’opposition mais une vraie conscience de l’unification des mondes du corps et de l’esprit.

Je suis heureuse d’avoir l’opportunité d’explorer le lien entre la voie chamanique que suit Marion Rebérat et les potentiels du travail de la voix et du chant improvisé, lors du stage du 4-5 Mars 2023 « VOIX ET CHAMANISME »

Bienvenue à tous les voyageurs de la voix, la voie de la transformation !

DELPHINE CAM, chanteuse et professeure de la voix www.voixonde.com

J’espère que cet article vous a plu.

N’hésitez pas à laisser un commentaire

ou m’écrire si vous avez des questions.

Marion Rebérat

– Si vous utilisez ce texte, merci de nommer vos sources, nom de l’autrice et du site internet –